Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 16:44

Pris en tenaille entre les professionnels de l'immobilier (considérés par certains comme de véritables sangsues agrippées sur le dos des propriétaires), et les marchands d'annonces immobilières (bénéficiant de prime abord d'une meilleure réputation !), le vendeur particulier ne sait plus à quel saint se vouer, suite à l'affaire du site Entreparticuliers.com.

 

Je vous laisse découvrir les dessous du dossier dans l'article des Echos, que l'on peut consulter dans son intégralité sur le lien suivant : http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/300353714-immobilier-entreparticuliers-com-poursuivi-pour-pratiques-commerciales-trompeuses.htm

 

Petit Extrait :

Immobilier : Entreparticuliers.com poursuivi pour pratiques commerciales trompeuses

[...] Les griefs des consommateurs à l'encontre de ce site coté en Bourse depuis 2007 étaient de cinq types. Quand il voulait passer une petite annonce pour vendre son bien immobilier, l'internaute n'accédait aux tarifs qu'après avoir indiqué ses coordonnées personnelles et téléphoniques. Si, à cette étape, il décidait d'abandonner la transaction en cours, l'absence d'un bouton " annuler " l'obligeait à se déconnecter du site. Mais ses coordonnées téléphoniques n'ayant pas été effacées, un télévendeur d'entreparticuliers.com le relançait, lui indiquant que son annonce avait été mise en ligne et qu'il convenait de payer le tarif forfaitaire de 95 euros par mois pour 12 semaines de parution. Autre grief : un internaute ayant choisi ce tarif de base était relancé par téléphone et se voyait proposer un tarif " premium " avec publication des photos du bien mis en vente au prix de 145 euros pour six mois d'annonce, sans aviser clairement le client qu'il lui en coûterait en fait 145 euros par mois. Par ailleurs, le site ne publiait pas les conditions générales de vente. Enfin, entreparticuliers.com garantissait le remboursement des annonces au bout de 6 mois de parution sans vente du bien immobilier, mais pour bien des plaignants obtenir ce remboursement équivalait à un véritable parcours du combattant.

Pour le représentant de la DGCCRF, qui a indiqué vendredi avoir reçu des dizaines de nouvelles plaintes, " il s'agissait de ferrer le poisson puis d'en tirer le maximum ". [...]


Ces annonces de particuliers à particuliers, souvent rédigées avec amateurisme et placées à des prix extravagants, trouvent difficilement preneurs, comme le prouvent quotidiennement les nombreux cas de propriétaires, qui ayant tenté de vendre sans aide de prime abord, se tournent finalement, en désespoir de cause, vers mon agence ! Lorsque le prix n'est pas ajusté aux réalités du marché, le délai nécessaire pour harponner un acquéreur particulier représente alors facilement plus d'une douzaine de mois, sans aucune garantie de vente au tarif désiré. Pour assurer une belle visibilité à son bien, les vendeurs particuliers se rendent souvent compte, au bout d'un certain temps, qu'il est nécessaire de multiplier les supports publicitaires (gratuits, certes comme Vivastreet, leboncoin, mais parcouru par des internautes présentant une CSP inférieure aux CSP moyennes des lecteurs Seloger.com (cf études comparatives sur le sujet)...), mais aussi payants (pap, entreparticuliers...).


Or, depuis quelques mois, tous ces efforts ne suffisent généralement pas. Parfois, la sortie du tunnel semble proche lorsqu'un acquéreur, trouvé grâce aux supports réservés aux particuliers, réalise une offre et accepte de signer un compromis. La déconvenue sera alors à la hauteur des espérances, lorsque 3 mois plus tard, un blocage de la banque, au regard de la solvabilité des acquéreurs, interviendra (Sur 10 ventes particuliers à particuliers annoncés par mes vendeurs, seules 3 sont allées au bout depuis Janvier 2009).


C'est souvent à ce moment critique que les vendeurs finissent alors par commettre l'irréparable, en se résignant à faire ce qu'ils s'étaient jurés de ne jamais faire au départ : confier son bien à une agence ! Cette dernière travaillera alors le propriétaire au corps afin que ce dernier finisse par revoir à la baisse le prix désiré. Et, malheureusement pour le vendeur, dès que le bien sera correctement tarifé et promu sur des supports publicitaires adéquats, il trouvera alors rapidement preneur par l'intermédiaire de l'agence !


Bilan pour le propriétaire : 145 euros multipliés par le nombre de mois passés en vain à attendre un acquéreur, somme à laquelle se rajoute le coût des autres sites complémentaires, souscrits ultérieurement pour compléter le premier ! Puis finalement, après de longs mois perdus, le propriétaire devra probablement se résoudre à verser  la commission à l'agence qu'il aura fini par mandater ! Le tout aboutira à  une vente décevante, après un délai absurdement long, à un prix finalement éloigné des souhaits initiaux !  Souvent, à trop vouloir jouer, on finit par perdre sur tous les tableaux...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Krek. 28/06/2009 23:27

Il est toujours difficile de choisir où mettre son bien. Je dis toujours à mes clients de confier leur maison à 2 ou 3 agences stratégiquement choisi dans des villes situées autour de leur bien. Les agences peuvent dommer un conseil pour la mise en prix.

Ensuite, le propriétaire peut aussi mettre som bien sur mon site 'entre particuliers', avec un prix 'net', sans la commission des agences.

S'ils arrivent de trouver acquéreur eux-mêmes par mon site, ils auront en moyenne 5% plus de marge de négociation, car je ne demande que 1%.

Et si une agence trouve l'acquéreur avant le particulier, elle aura vraiment gagné ces 5% de différence de prix.

Fin de compte, le plus grand problème maintenant c'est qu'il n'y a pas assez de concurrence entre les AI. Si une agence osait dire: "Je ne demande que 1,5%, mais je ne prends que de mandats exclusifs", avec un bon site bien trouvable, il pourrait cartonner. Mais les commissions semblent fixés à un minimum de 5%. Par qui? Je n'ose pas le dire. Un seul procès me suffit.

caroline 18/06/2009 20:32

On voit bien que vous êtes un agent immobilier, quand je suis passée par un AG, j'ai dû gonfler le prix de 6 % pour lui payer sa commmission, en espace de 6 mois j'ai eu 3 visite dont 1 plutot louche, je pense que c'etait un pote à l'AG, bref, il n'a pas reussi à vendre le bien, j'ai dénoncé le contrat, j'ai donc pu baisser le prix et mon bien est parti est 2 semaines, alors reflechissez avant de pérorer

Ninon Ingrid 18/06/2009 21:11


Caroline,
Mais c'est bien parce que je réfléchis que je ne vous réponds pas. Bien cordialement, Ninon


yaume 12/06/2009 00:27

mouaif !! je trouve aussi un peu facile la critique des sites PAP, autrement dit
Un peu facile tous ca !!

Bien évidemment la seule chose que les gens regardent, c'est le prix, après vous l'avez déjà démontrer, ce n'est pas l'AI qui fixe le prix, c'est le vendeur, alors l'avantage de PAP c'est au moins d'enlever les frais d'AI (meme si je vous l'accorde, certains ont le culot de les cumulés !! )

Kolian 10/06/2009 10:25

Le prix réel d'un bien est le montant dont un client est capable de mettre dedans.
Fini l'époque euphorique des pigeons qui se lèvent chaque matin pour payer une fortune des cages a lapin.
Retour a un peu plus de réalisme de la part de certains acheteurs...par contre, plus délicat pour faire comprendre a des vendeurs et des AI que le marché s'inverse fortement ( voir les courbes du nombre de transaction et de l'indice prix sur la dernière année...et surtout l'écart important des prix avec le tunnel de friggit )

Bref, le prix affiché par une agence est dans tous les cas surévalué...car quand le prix est "bon", le bien ne reste pas en agence ;)

Gabalioutchou 10/06/2009 08:14

Cela signifierait-il que le prix affiché dans une agence serait le bon prix et que l'on pourrait alors acheter en confiance ? Je constate au contraire que les prix des agences sont souvent égaux, voire supérieurs, à ceux de PAP. Ce qui est quand même un comble, ce site étant censé être le lieu où fleuri le comble de la cupidité humaine. Se faire éponger par une agence ou un particulier telle est la question. Que faut-il faire pour éviter de perdre 50% de son investissement : rien mis à part ne pas être acheteur.

Présentation

  • : La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • : Lassée par les méthodes douteuses des professionnels de l'immobilier (dont je fais partie), ainsi que des différents intervenants du marché, je profite de ce blog pour communiquer sur le quotidien, méconnu, souvent "fantasmé" des agents immobiliers.
  • Contact

Le million ! Le million !


N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin que la parution de chaque nouvel article vous soit signalée !


Aucun commentaire posté n'a été supprimé de ce blog (sauf si envoi en double par erreur) afin  de privilégier le débat. Par conséquent, si votre commentaire n'apparait pas immédiatement, il s'agit alors d'un problème de latence des serveurs (donc temporaire) et non d'une volonté de modération. 

Depuis le 1er Avril 2009, le Blog Immobilier révélateur de la nature humaine, a reçu:

 visites  !!!

Recherche

Archives