Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 16:58


Bon sang ! Toute la France semble se pâmer à l’idée d’exercer professionnellement, ou en dilettante, le superbe métier d’agent immbilier, pourtant si décrié ! Est-ce parce que le métier a un bel avenir devant lui ? Est-ce en raison des enrichissantes et nombreuses rencontres humaines (dénuées de toute vénalité, of course) que réalise régulièrement, dans le cadre de ses fonctions, tout bon agent immobilier qui se respecte ? Ou tout simplement en raison de l’intérêt du citoyen français pour la pierre (surtout celle qui se pare temporairement d’or et qui rapporte !)?


Des professionnels sur-représentés en nombre


Les agences ont ainsi poussé comme des champignons depuis les années 2000 : pas un village perdu dans nos contrées gauloises qui ne possède à présent sa propre agence immobilière, alors que même la Poste hésite à maintenir, dans ces coins reculés, l’ouverture du moindre guichet à mi-temps !  Lorsqu’on observe la surabondance récente de cette catégorie professionnelle, le moindre observateur, doué de sens, déduit que cet attrait pour le métier ne peut plus qu’être qualifié d’irrationnel, en ces temps de crise. Motivés par des clichés qui ont la vie dure et déconnectés des réalités, certains se lancent encore et toujours dans l’immobilier parce que le métier est apparu, pendant une dizaine d’années, comme un eldorado. Mais il serait à présent temps de redescendre sur terre…


Ainsi, à  leur grand désespoir, les agents immobiliers « pionniers », installés avant 2000, ont observés sur les dernières années, d’un œil maussade, l’arrivée tumultueuse ou le développement débridé de (dans le désordre) :


-          nouveaux confrères porteurs de cartes professionnelles, attirés par ce secteur florissant

-          reconvertis de tous secteurs (distribution, textile, restauration…), qui travaillent par appât du gain et non par intérêt pour l’activité

-          réseaux constitués uniquement d’agents commerciaux indépendants (non-salariés), mandatés par des porteurs officiels de cartes professionnelles

-          des amateurs de tous poils sans autorisation (le boucher qui affiche quelques photos de biens dans sa vitrine, l’anglais qui se rémunère en favorisant les relations entre ses compatriotes et les vendeurs français, sans parler du salarié, élu de son Comité d’Entreprise qui organise des rencontres entre personnel vendeur et acheteur de son entreprise et se rémunère au passage en cas de vente…)

-          importants services actifs et organisés, spécialisés en transactions immobilières, dans les études notariales (dont certaines jusqu’à présent se contentaient de la simple, mais tout aussi lucrative, activité de notaire !)

-          conseillers en gestion de patrimoine indépendants qui se sont décidés à « prendre » une carte « Transactions » pour mettre du beurre dans leurs épinards

-          particuliers, plus royalistes que le roi, imaginant que parce qu’ils ont réussi, un jour, à vendre leur maison tout seul, en marché croissant, parviendront à négocier les transactions immobilières de leurs connaissances et familles…

La vraie question est donc à présent : Qui ne vend pas de l’immobilier ou ne se sent pas capable d’en vendre d'un claquement de doigts ? (et je veux des noms !) car l'immobilier, c'est un peu comme le patinage à la télé, on pense que c'est facile tant qu'on n'a pas réellement essayé!

Il ne se passe d’ailleurs pas un jour où un client carrossier ou instituteur « de profession » (peu importe, d’ailleurs) ne tente pas de m’apprendre mon métier. Pourtant, je ne m’aventurerai pas dans une attitude réciproque, à savoir : faire la leçon à un garagiste sur la meilleure façon de changer un joint de culasse ! En revanche, tous mes clients ont le sentiment de m’instruire sur mon métier, rien qu’en me parlant (et je les en remercie bien bas !).


Une grande médiocrité de service : Les agents immobiliers sont leur propre fossoyeur

La quantité et la qualité ne faisant pas souvent bon ménage, il est assez logique d’envisager que plus le nombre de « participants à la transaction immobilière » croît, plus il est délicat de contrôler le professionnalisme de ceux-ci ! Ainsi les méthodes de certains acteurs récents (ou plus anciens) restent encore à ce jour discutables et engendrent, assez logiquement, la suspicion générale. Cette multiplication d’intervenants entraîne donc un nivellement par le bas, qui engendre, dans les esprits, une généralisation qui affecte toute la profession !


Attention: il ne manquait plus que les avocats!


Mais cette surpopulation d’agents immobiliers ne semble pas avoir atteint son paroxysme. Voici à présent que les avocats parisiens ont réclamé et obtenu récemment l’autorisation de pratiquer, eux aussi, la transaction immobilière, comme je l’ai appris dans l’article suivant, consultable sur
http://jurisprudentes.net/L-avocat-parisien-autorise-a.html.


Petit extrait : « Le conseil de l’Ordre des avocats de Paris vient d’adapter le règlement intérieur du barreau de Paris pour que les avocats puissent exercer une mission de mandataire en transactions immobilières. Cette mission doit constituer une activité accessoire de l’avocat, comme pour le notaire.

Désormais, le règlement intérieur du barreau de Paris prévoit que l’avocat peut être mandaté par ses clients pour vendre ou louer des biens immobiliers dans les limites autorisées par la loi. Il peut ainsi rédiger un contrat, un avant-contrat ou encore un projet de contrat, mais il ne peut représenter qu’une seule des parties au contrat, soit l’acheteur, soit le vendeur, et ce afin d’éviter les conflits d’intérêts. »

D'ailleurs, à quand une nouvelle législation pour autoriser les professionnels des pompes funèbres (informés de prime abord qu'une maison est de nouveau disponible) à participer contre rémunération aux transactions immobilières ?

Une méthode de régulation et de contrôle nécessaire


Pour accroître la qualité d’un corps de métier, il semble qu’une méthode « de régulation » de ses acteurs a largement et parfaitement fait ses preuves. Les français sont satisfaits de leur médecin ? dentiste ? pharmacien ? notaire ? Ces professions sont régulées par des techniques proches des « clausus numerus ».


A contrario, la profession immobilière se multiplie sans véritable politique. Beaucoup d’intervenants d’origine professionnelle différente, se livrent entre eux une concurrence féroce, mais pas avec les mêmes armes : les avocats n’ont pas le droit de faire de la publicité mais peuvent facturer l’acte rédigé du compromis de vente, les agences peuvent faire de la promotion mais ne doivent rien encaisser avant l’acte authentique (loi Hoguet oblige).


Et que dire des notaires, qui sont souvent juges et parties, qui « conseillent » des clients alors que leur intérêt pécuniaire se cache sous leur robe d’officier ministériel ? Ces derniers prélèvent généralement 2,5% du prix du bien en moyenne pour leur entremise transactionnelle, alors que l’économie des agences impose un taux moyen de commissionnement très supérieur à celui des notaires (5% à 6%). Tout le monde veut jouer le jeu, mais personne n’est soumis aux mêmes règles (et je ne parle même pas de ceux qui vendent des biens immobiliers « au noir »). Comment promouvoir « la qualité d’un service » dans un tel capharnaüm ?


Une réglementation plus sévère et un cloisonnement des tâches pour éviter les conflits d'intérêts


Pour ma part, je prône moins de professionnels autorisés à négocier des biens immobiliers, grâce à une réglementation plus sévère de la profession, qui doit imposer des obligations de formation et de contrôle, ainsi qu’éventuellement des effectifs maximums, cohérents avec les besoins de la population.


De plus, le « mélange des genres » n’étant pas ma tasse de thé, je pense qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César, et aux notaires la responsabilité de la rédaction des compromis de vente. En contrepartie, plus question de constater que Maître Untel, informé du décès récent de Mme Michu, s’est immiscé dans la vente du superbe manoir XVIème de cette dernière, pour le compte d’un ami, en retirant au passage les émoluments liés à la rédaction des actes + 2,5% d’honoraires prélevés sur la transaction. Ce comportement n’est-il pas comparable au « délit d’initié », pourtant reproché avec raison à d’autres professions, mais étonnamment jamais aux notaires ?


Les notaires interdits de négociation immobilière en Belgique


Pour preuve, La Belgique, plus sage sur ce point, vient d’interdire à ses notaires de participer aux négociations immobilières. Je vous livre le lien vers l’article pour plus de détails :
http://jurisprudentes.net/Les-notaires-interdits-de.html.

Extrait : « Lundi, la cour d’appel de Mons a donné raison à l’IPI en condamnant un notaire de Feluy à cesser dans les huit jours ses activités immobilières, considérant qu’elles portaient atteinte aux usages honnêtes en matière commerciale et aux intérêts professionnels des agents immobiliers. 

« La cour a reconnu que le courtage immobilier, c’est-à-dire la recherche d’un acquéreur pour un bien immobilier, est un acte commercial qui ne cadre pas avec l’activité notariale, précise Me Taquin, avocat d’IPI. Le notaire est un officier de droit civil, une personne assermentée, à qui la loi interdit tout acte de commerce. » ».


La qualité de service passe à la trappe


En France, personne ne semble interloqué par les double casquettes de certaines professions et par le fait que tout le monde puisse facilement se rémunérer sur un acte aussi peu anodin qu’une vente immobilière. Est-ce parce qu’au pays des fromages, on croit que « plus on est de fous, plus on rit ! » ou que certains lobbies sont plus forts ici que la raison ?  Je pense que si cette course endiablée à l’échalotte se poursuit, la profession immobilière va bientôt se réveiller avec la gueule de bois. Mais elle ne sera pas la seule : les vendeurs et acheteurs particuliers peuvent aussi y perdre, ne sachant plus réellement à quel saint se vouer, en ces temps plus difficiles. Ne sont-ils finalement pas les grands perdants, en raison de cette superposition d’intérêts qui ne favorise pas vraiment la qualité ?


Partager cet article

Repost 0

commentaires

harmakhis 14/03/2011 22:17


faites un metier qui vous plait pas un metier que les gens aiment ou pas...


lilo 14/03/2011 21:14


salut tout le monde je vais devenir un futur agent immobilier et vous me donné une mauvaise idée sur ce métier


Christophe 10/09/2009 09:23

Une réaction Stéphanie ?
Allo, ... stephanie ?

Alloooo !

Mince alors, y'a plus personne...

acquereur primaire 09/09/2009 21:57

Bonsoir

Plusieurs reactions à la lecture de tous ces posts.

Le fait de demander les diagnostics immo à la DEUXIEME visite me semble tout a fait justifié. Un acheteur sérieux n'est pas un acheteur qui achète les yeux fermés pour faire plaisir aux AI.

Concernant l'affaire de 235 000 euros au lieu de 280 000, je serai peut-être démenti, mais il me semble qu'une offre ENGAGE l'acheteur, et c'est quand meme pas rien de sortir 235 000 euros ! Le terme touriste est un peu fort ...

Par ailleurs, cela fait 9 mois que les AI racontent que le marché ne baisse plus. Pourtant c'est à coup de 10 000 euros par ci, 10 000 euros par la ... Alors oui, y a des biens qui ne baissent plus ... mais qui ne se vendent pas ! Et les acheteurs ont le droit de pas vouloir se faire avoir. Je sais c'est grisant de bosser pour rien, mais c'est comme ca.

La crise financiere est difficile pour tout le monde. Concernant l'automobile : allez raconter a tous ceux sur la sellette, ou au chomage partiel, ou ceux qui ont été mis dehors qu'ils ont bénéficié des aides de l'Etat, juste pour voir ... Vous voulez qu'on compare les 1000 euros de prime a la casse à la TVA a 5.5% sur l'immobilier neuf et le pret a taux zero ??


On est dans une situation aujourd'hui ou les incertitudes du marché, la précarité menaçante, la baisse du pouvoir d'achat ne peuvent que freiner les transactions.

Christophe 08/09/2009 15:12

Rectificatif :
Mon message precedent est pour Stéphanie ald Styloplumé.

Slts

Présentation

  • : La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • : Lassée par les méthodes douteuses des professionnels de l'immobilier (dont je fais partie), ainsi que des différents intervenants du marché, je profite de ce blog pour communiquer sur le quotidien, méconnu, souvent "fantasmé" des agents immobiliers.
  • Contact

Le million ! Le million !


N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin que la parution de chaque nouvel article vous soit signalée !


Aucun commentaire posté n'a été supprimé de ce blog (sauf si envoi en double par erreur) afin  de privilégier le débat. Par conséquent, si votre commentaire n'apparait pas immédiatement, il s'agit alors d'un problème de latence des serveurs (donc temporaire) et non d'une volonté de modération. 

Depuis le 1er Avril 2009, le Blog Immobilier révélateur de la nature humaine, a reçu:

 visites  !!!

Recherche

Archives