Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:30

Je n’ai pas trouvé le temps de me saisir de mon clavier plus tôt. A présent, je bénéficie enfin d’une halte. J’en profite donc pour m’appesantir sur le dernier épisode cauchemardesque d’une vente en cours.


Je pense que je vais épargner à mes lecteurs les multiples rebondissements qui se sont succédés dans le dossier d’acquisition de M. et Mme Grippessous. Mais je peux tout de même vous en présenter les différentes étapes en quelques mots :



  • M. et Mme Grippessous réalisent, par mon intermédiaire, plusieurs visites d’une maison. Très emballés, ils demandent à ces occasions l’avis de leur famille, amis et experts en bâtiment. Après avoir comparé avec d’autres biens, ils concluent que la maison leur convient parfaitement. Décidés à l’acquérir, ils réalisent, à ma grande surprise, une première offre à 250 000 euros frais agence Inclus  pour un prix affiché de 370 000 euros. A contrecœur, respectant le principe déontologique de transparence, je présente (comme je le fais systématiquement), l’offre aux propriétaires qui réagissent très violemment, se vexent, se crispent et hurlent qu’il est indécent d’entendre un agent immobilier annoncer une offre d’achat si basse. Le refus catégorique est transmis, en retour, aux candidats à l’acquisition.

 

  • M. et Mme Grippessous, ne souhaitant pas économiser leurs efforts, réitèrent trois jours plus tard, leur offre d’achat et proposent cette fois 270 000 euros Frais d’agence inclus (soit 100 000 euros tout de même de moins que le prix affiché !). A nouveau, à l’annonce de cette grande nouvelle, les propriétaires manquent de s’étrangler, et de lyncher sans plus attendre l’agent immobilier (moi, pour vous servir). Mes bourreaux (les vendeurs) en profitent pour me prier de ne plus leur adresser la parole, à l’avenir, tant qu’une offre correcte ne sera pas réalisée.

 

  • M. et Mme Grippessous, informés de l’indécente résistance des propriétaires en cette période de crise, exigent de réfléchir quelques jours pour digérer ce nouveau camouflet qu’ils viennent de recevoir.

 

  • Une semaine plus tard, sourds aux avertissements pourtant pédagogiquement prodigués par leur conseiller immobilier (toujours moi-même), M. et Mme Grippessous m’annoncent s’être saignés à 4 veines, avoir raclé les fonds de tiroir et taxé les grands-parents : ils offrent cette fois (tenez-vous bien !) 290 000 euros FAI. Cela va sans dire qu’il s’agit de leur ULTIME proposition. Ils m'annoncent ainsi que si cette dernière n’est pas acceptée, les propriétaires n’auront plus que leurs yeux pour pleurer et le tribunal de commerce pour vendre la maison aux enchères. La réalité est pourtant loin des clichés éculés car la situation des propriétaires en question est plutôt tranquille (couples de retraités qui souhaitent se rapprocher de la ville dans un délai raisonnable). Par conséquent, inutile de dire que ces mêmes vendeurs (à l'abri de tout stress) m’ont raccroché au nez, quand, pour la troisième fois, j’ai osé timidement présenter la dernière offre reçue.

 

  • Expliquant à M. et Mme Grippessous que les propriétaires, ulcérés, ne décrochent plus leur téléphone lorsqu’ils aperçoivent le numéro de mon agence qui s’affiche, je leur demande d’abandonner cette affaire et leur propose de jeter leur dévolu sur d’autres maisons. Mes clients me répondent alors qu’ils vont suivre mes conseils. Je respire enfin !

 

  • 5 jours plus tard, j’apprends par des confrères que M. et Mme Grippessous écument les agences en réalisant des offres très basses (-40% ou -50% par rapport aux prix affichés) sur de multiples maisons.

 

  • Il semblerait qu’ils ne rencontrent pas le succès escompté car, ô bonheur, les voici à nouveau dans mon agence, 2 jours après, décidés à présenter une nouvelle proposition sur la maison convoitée : cette fois, ils offrent 300 000 euros FAI (pour cela, ils déclarent ne pas avoir hésité à profaner la tirelire de leurs enfants !). Echaudée, je me contente d’un petit mail d’information auprès des propriétaires qui me répondent succinctement : « Pas question d’accepter une offre émanant de tels vautours ! Ce sont des individus tels que vos clients qui se sont enrichis sur le dos des autres après la crise de 1929 !».

 

  • Je vous épargne les multiples étapes qui m’ont permis de recevoir finalement, de la part de M. et Mme Grippessous, une offre à 357 000 euros frais agence inclus (les chiffres ronds doivent certainement leur porter malheur). Cette fois, les propriétaires, prévenus par courrier (ces derniers ne prenant plus mes appels depuis la 3ème proposition), me contactent pour me confier leur envie d’accepter ce montant (car difficile en temps de crise de pinailler), mais aussi leur crainte de traiter avec de tels olibrius.

 

  • Une fois la solvabilité vérifiée et attestée par un solde de compte (les acquéreurs payant « cash » : la tirelire « cassée » des enfants devait être bien garnie en fin de compte !), je conseille donc aux propriétaires d’accepter cette ultime offre qui me semble enfin raisonnable et correspondant au prix du marché actuel.

 

Mal m’en a pris : l’enfer venait d’ouvrir ses portes.

 

En effet, puisque M. et Mme Grippessous ont été obligés de surenchérir, ils comptent bien se récupérer là où ils le peuvent encore : et si les propriétaires laissaient leurs meubles, lustres, rideaux, miroirs, électroménager ? Cette hypothèse me parait d’emblée farfelue car la vente a été consentie vide. Il me semble saugrenu de négocier a posteriori le mobilier, alors qu’un accord sur le prix vient à peine d’être trouvé.

Les propriétaires, hasardeusement interrogés sur ce point, me répondent avec férocité « et pourquoi ne pas laisser dans notre ancien garage la voiture neuve que nous venons d’acheter avec nos clefs sur le contact, tant qu’on y est ? ».

 

Bref, l’ambiance promettait d’être bonne chez le notaire pour la signature du compromis où tout le monde devait se retrouver pour négocier les derniers « détails ».

 

Le rendez-vous tant attendu s’est déroulé aujourd’hui. Même le notaire, pourtant quasiment à la retraite, n’en est pas revenu : son barème d’honoraires avait été étudié à la loupe par M. et Mme Grippessous, qui avaient réalisé une étude comparative préalable avec les frais des autres notaires avoisinants.  Ces charmants acquéreurs n’ont d'ailleurs accepté de verser que 200 euros (au lieu des 300 euros réclamés par le notaire) en tant qu’avance sur frais de procédure notariale. Les propriétaires ont été obligés de laisser un lit et une table en chêne afin que les Grippessous acceptent enfin de signer. Mon agence a également accompagné l’effort général par un geste « commercial» de remise sur commissions.

 

En résumé, il est fortement déconseillé, au risque de braquer tout le monde,  de réaliser des offres minables de départ, surtout si la maison convoitée est proche de votre idéal et que le prix vous semble raisonnable par rapport à votre budget. Négocier est certes possible (et recommandé) par les temps qui courent, mais espérer des remises de 30 ou 40% sur des biens correctement tarifés est illusoire dans la majorité des cas. Ensuite, il est nécessaire de ne pas confondre la négociation et le marchandage de tapis, sans tact ni respect des interlocuteurs.

 

Peut-être que dans certains cas, le prix consenti se voit amoindri, mais l’individu n’en sort pas grandi !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LEVY 19/12/2012 17:05

Je retrouve dans ces pages beaucoup du cauchemard que j'ai vécu il y a 5 ans, entre achat d'un coté et vente de l'autre...Je ne sais pas de quel coté se positionne ce blog, mais a-t-on pensé au
vendeur et à l'acheteur honnête qui subi à la fois lors de la vente de son premier bien et lors de l'achat du second les pires duperies soit par stupidité soit par cupidité de "l'agent immobilier".
Il y a là souvent de quoi "ne pas se relever" pour le vendeur et /ou acquéreur malchanceux...

aaron 12/10/2010 12:57


Pleasee primed them reaching and we countenance nervy to more of your excellent articles.
tramadol saturday tramadol online lowest price tramadol


pat5631 20/12/2009 22:48


Bonjour
il aurait fallu d'entrée faire un rapide descriptif de ce bien que l'on découvre seulement à travers les posts qui suivent car 370 000euros commencent à faire une belle somme pour la majorité
d'entre nous.
Il est certain qu'on ne va pas mettre sur le meme plan une maison de 300m2 avec piscine et un T3 ou T4.
En lisant cette histoire j'ai eu un peu la meme réaction que pas mal d'intervenants du style "on voit bien ou est son camp"!
Cela dit si vos gripessous revendent un jour, ce serait marrant qu'ils s'adressent à vous.
Continuez votre blog est intérressant et sincère.
Patrick


Ninon Ingrid 21/12/2009 11:45


@Pat5631
Un descriptif du bien aurait été utile en introduction, c'est vrai. Bien cordialement, Ninon


fred 20/12/2009 03:03


La situation s'est corrigée d'elle même (j'apparaissais sous un autre pseudo et à une autre date), bogue ponctuel sans doute, veuillez excuser mon dernier message qui n'a plus lieu d'être.


fred 20/12/2009 02:47


Hum? doit y avoir un problème avec l'horodatage et la date
Je ne suis pas "je doute", et nous sommes le 20/12/2009


Présentation

  • : La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • : Lassée par les méthodes douteuses des professionnels de l'immobilier (dont je fais partie), ainsi que des différents intervenants du marché, je profite de ce blog pour communiquer sur le quotidien, méconnu, souvent "fantasmé" des agents immobiliers.
  • Contact

Le million ! Le million !


N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin que la parution de chaque nouvel article vous soit signalée !


Aucun commentaire posté n'a été supprimé de ce blog (sauf si envoi en double par erreur) afin  de privilégier le débat. Par conséquent, si votre commentaire n'apparait pas immédiatement, il s'agit alors d'un problème de latence des serveurs (donc temporaire) et non d'une volonté de modération. 

Depuis le 1er Avril 2009, le Blog Immobilier révélateur de la nature humaine, a reçu:

 visites  !!!

Recherche

Archives