Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 13:26

le-mouton-a-5-pattes-1600x1200-copie-1.jpg
Dans l’optique d’un remplacement, il a été décidé à la rentrée 2009 de recruter un nouveau négociateur dans l’agence, pour accompagner l’activité à partir du printemps 2010.



L’annonce, parue plusieurs mois à l’avance sur le site ANPE.fr, insistait sur les caractéristiques du profil recherché :




  • Au moins 5 ans d’expérience en transactions immobilières
  • Succès commerciaux passés avérés (et prouvables – Dossier et références vérifiées) 
  • Droiture & honnêteté
  • Sérieux, rigueur et respect des clients
  • Anglais immobilier
  • Compétences bureautiques basiques
  • Orthographe parfaite (pour rédiger correctement les annonces et dossier descriptif des biens)
  • Bonne présentation
  • Et (le plus important pour la fin) …grande intelligence sociale et HUMILITE !

Le candidat était prié de constituer un dossier de candidature complet (lettre motivation, CV, prétentions, historiques des résultats commerciaux et références).

 

Bref, nous recherchions le mouton à cinq pattes !

 

En compensation, pour attirer les meilleurs profils, l’agence offrait :

  • Salaire motivant (que je ne détaillerai pas car top secret) et 13ème mois
  • Contrat salarié en CDI (et non indépendant comme un agent commercial !)
  • Paiement des commissions dans le mois d’encaissement (alors que généralement, les commissions sont payées trimestriellement ou semestriellement…)
  • Formation régulière
  • 1er mois de coaching interne intensif dès l’embauche
  • Frais de déplacement pris en charge par un forfait « réaliste »
  • Ordinateur et téléphone mobiles avec forfait illimité + tout le matériel nécessaire (appareil photo numérique grand angle dernier cri, lasermètre, et j’en passe…)

 

Pour les lecteurs de ce blog qui ne baignent pas quotidiennement dans l’univers des agences immobilières,  je tiens à préciser que le degré d’exigence présenté dans l’annonce de recrutement est quasiment inédit pour la région, ainsi que les conditions de travail offertes.

 

En général, les exigences de recrutement dans la profession se situent au ras des pâquerettes et proposent en retour le minimum conventionnel:

  • Salaire constitué d’avances sur commission (avance minimale à 1300 euros bruts/mois, soit environ 1040 euros nets mensuels si absence de vente )
  • Paiement des commissions fin de chaque trimestre ou semestre (sachant qu’une vente se signe en compromis par exemple en Janvier, s’encaisse généralement trois ou quatre mois plus tard, soit Avril ou Mai. Le négociateur touchera son pourcentage sur cette commission au mieux le 30/06 si paiement trimestriel !).
  • Peu de formation (car pendant ce temps, le négociateur n’est pas sur le terrain et ne vend pas)
  • Pas de coaching
  • Frais de déplacement couverts par la prise en charge de 50% de la carte tisseo (16 euros/mois)
  • Ordinateur et téléphone fixes disponibles uniquement à l’agence (le négociateur téléphone avec son propre mobile dès qu’il est en dehors de l’agence)

 

 

Il faut savoir qu’une majorité d’établissements pâtit d’un turn-over particulièrement important ( par exemple, les négociateurs restent 9 mois en moyenne dans une agence proche de la mienne). De plus, les franchises (par exemple) ne peuvent pas se permettre de lancer un recrutement qui dure plusieurs mois (comme cela a été le cas pour le négociateur que nous avons finalement embauché) car un poste vacant perturbe énormément leur machine industrielle bien huilée.

 

En ce qui concerne mon agence, les perspectives étaient bien différentes et qualitatives. Adepte du principe « il vaut mieux rester en sous-effectif que d’être mal accompagné », il avait été décidé de ne pas embaucher si aucun candidat ne se détachait du lot.

 

J’ai, pour ma part, été effarée (horrifiée !) de l’atterrant niveau des dossiers de candidatures reçus. Pour vous en donner un aperçu, voici un petit florilège :

 

  • 2 dossiers sur 3 étaient incomplets (pas de lettre de motivation, ni références, seul un pauvre CV succinct sur une page avec comme unique indication et pour toute expérience « négociateur immobilier de 2002 à 2008 ». Qu’est-ce que le candidat fait depuis deux ans ? Mystère…)
  • 1 lettre de motivation sur 2 comportait une erreur de destinataire (nous avons reçu beaucoup de courriers intitulés « recrutement ORPI, LA FORET, ERA… ») : les candidats ne se donnaient apparemment même plus la peine de personnaliser leurs documents. Une fois que la lettre était enregistrée et prête à être envoyée à l’agence ORPI, elle était diffusée telle quelle, sans aucune modification, à tous les recruteurs immobiliers présents sur le site ANPE.fr !! Nous avons ainsi été ravis d’apprendre combien certains candidats trouvaient les méthodes de CENTURY 21 fascinantes et à quel point ils étaient envieux d’intégrer ce réseau…Parfait. Mais alors, pourquoi postulent-ils chez nous ?
  • Le niveau de rédaction et orthographique était…indescriptible. Un enfant du CE2 battrait à plates coutures 80% des candidats à un concours de français…
  • Les niveaux d’expérience n’avaient souvent aucun rapport avec les exigences de l’annonce : plus d’un candidat sur 2 n’avait JAMAIS travaillé dans l’immobilier, contrairement à ce que nous attendions : beaucoup avait le seul « niveau BAC » (a priori, ils n’avaient même pas réussi à décrocher le précieux sésame) + le BAFA !!! (c’est vrai, que l’animation en centre de loisirs peut aider dans l’immobilier mais permettez-moi d’en douter !).
  • Les candidats qui avaient déjà travaillé en agence, ne connaissaient pas vraiment la « transaction immobilière», mais disposaient plus fréquemment d’expériences en gestion locative ou syndic.
  • Enfin, pour les rares dossiers complets, et qui tenaient la route, l’étape de l’entretien individuel fut une véritable hécatombe : beaucoup de candidats avaient oublié que nous recherchions une personnalité « humble ». Nombre firent l’erreur d’extirper du formol leur plus beau costume griffé (boutons de manchette inclus), ainsi que leurs résultats commerciaux enjolivés (si les chiffres annoncés avaient été réels, leur précédent employeur aurait pu racheter la moitié des agences de Toulouse !).

 

Nous avons ainsi reçu des dizaines de candidatures sous toutes les formes imaginables (papiers de couleur, mails diffusés à vingt employeurs en même temps, déplacement physique à l’agence, coups de fils insistants de candidats qui n’avaient pas encore reçu de réponse à leur mail « groupé »….).

 

Cerise sur le gâteau, nous avons même été insultés à plusieurs reprises par des apprentis postulants « éconduits » : en effet, toutes les candidatures non-retenues recevaient une réponse administrative par mail pour expliquer qu’elles n’avaient pas malheureusement pas survécu à premier étape de la sélection. Suite à cela, quelques mails « bien salés »,  parfois orduriers, nous ont été retournés: ils traduisaient un manque de respect d'autrui certain, ainsi qu'une franche incompréhension et incrédulité, face à notre degré d’exigence, qui apparaissait aux candidats comme totalement « déplacée ».

 

Une agence immobilière regardante sur l’orthographe, exigeant que le courrier lui soit nominativement et correctement adressée, ne recevant pas TOUS les candidats fraîchement bâcheliers et "BAFAtisés", qui lui ont fait l’honneur de postuler ? Un véritable crime de lèse-recrutement ! Le monde immobilier marche décidément sur la tête…

 

Heureusement, dans ce flot de candidatures désolantes, quelques rares dossiers se sont rapidement distingués grâce à une lumineuse présentation, une utilisation de la langue française correcte, un respect des consignes et une expérience correspondant aux exigences de l’annonce. 

 

Deux d’entre eux ont d’ailleurs été tellement qualitatifs qu’il a été difficile de les départager. Aussi insolite que cela puisse paraître, le choix de « l’heureux élu » s’est avéré finalement cornélien. Nous avons, après mûre réflexion, opté pour le candidat qui nous semblait faire preuve du plus grand enthousiasme pour le poste.

 

Le recrutement est une étape décisive pour une petite agence. Un mauvais choix peut atteindre fatalement l’équilibre fragile du modèle économique. Seul le temps nous dira à présent si le choix du candidat fut le bon…Mais d’ici là, nous pouvons tout de même affirmer que nous aurions pu trouver bien pire !

 

Cette étape dans la vie d’une agence qu’est le recrutement d’un nouveau négociateur salarié m’a tout même fait prendre conscience de la difficulté d’embaucher un collaborateur « qualitatif » dans le milieu immobilier. Si mes confrères sont finalement moins exigeants que nous, je comprends bien mieux à présent les déceptions des clients lorsqu’ils rencontrent les dernières recrues de ces agences !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex 17/02/2011 12:02


J'ai une agence immobilière en Suisse. Et les problèmes de trouver le "mouton à 5 pattes" sont les mêmes ici (+ le critère que nous sommes localisés dans une région à faible densité de population).
Même pour une simple secrétaire, c'est la galère de trouver une personne qui sache écrire un descriptif d'un appartement sans faute


lou 25/05/2015 20:19

je réponds à Ninon,
Je souhaiterai lui dire que l'humilité devrait commencer par celle du patron.
Non ! les candidats ne sont pas tous sortis de cp, ou de la cuissede Jupiter, mais à vous croire supérieur à ce point ne m étonne pas que vous ne trouviez pas de personnel à votre niveau ....
Méditez un peu cela vous aidera à recruter !!!
Salutations.

Pierrick 01/02/2011 09:39


Bonjour !

Votre article appelle ce commentaire. Ce que vous constatez pour un recrutement en immobilier se remarque également dans d'autres domaines et à des niveaux plus élevés (Bac +5). Je reçois également
des lettres bardées de fautes (que même le correcteur orthographique de word arrive à traiter). Dans mon domaine (prestations intellectuelles), le rendu est toujours un rapport papier (souvent
uniquement).
Que penser d'un candidat incapable de structurer une phrase sans fautes ?
A formation scientifique équivalente, la sélection se fera sur l'orthographe et la grammaire (c'est triste mais c'est comme ça).

Bon courage pour vos futurs recrutements.

Pierrick


jeune atterée 05/06/2010 09:46


votre post date mais pour commenter. En même temps si personne ne montre jamais aux gens comment travailler surtout les jeunes ils ne risquent pas d'avoir de l'expérience dans l'immobilier et avec
le chomage beaucoup de jeunes tentent de trouver un job un peu partout. Et pourquoi proposer un coaching . Effectivement mouton à 5 pattes. les gens qui ont ce profil sont déjà en poste et les
autres attendent que quequ'un veuille bien leur montrer le métier (ben oui vous aussi vous avez débuté un jour dans la vie)


Ferrante 03/06/2010 15:28


Bonjour,

Je n'ai pas pour habitude de commenter l'un de vos articles. Mais je n'ai pu m'empêcher de sourire à la lecture de l'article sur le recrutement d'un de vos collaborateurs (je n'aime pas ce terme,
même si l'amitié franco-allemande est une bonne chose). En effet, je constate, sur la métropole lilloise que dans toutes les agences où j'ai déposé mon bien, TOUTES les annonces comportent au moins
une fote d'ortograve. Qui plus est, j'ai eu plus de retour en créant mon site pour vendre mon appartement en une semaine qu'en 3 mois via 4 agences. Continuez à prendre soin du recrutement, car
c'est par le professionnalisme que les agences sérieuses se démarquent. Les autres sont destinées à rester dans la demie-mesure.

Bien à vous.


JUJU 15/04/2010 13:14


Les agents immo sont tellement mal payé qui surestime des bien juste poour augmenter leur COM ce qui fait que l'immo grimpe.

vous n'etes que des vissieux


Présentation

  • : La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • : Lassée par les méthodes douteuses des professionnels de l'immobilier (dont je fais partie), ainsi que des différents intervenants du marché, je profite de ce blog pour communiquer sur le quotidien, méconnu, souvent "fantasmé" des agents immobiliers.
  • Contact

Le million ! Le million !


N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin que la parution de chaque nouvel article vous soit signalée !


Aucun commentaire posté n'a été supprimé de ce blog (sauf si envoi en double par erreur) afin  de privilégier le débat. Par conséquent, si votre commentaire n'apparait pas immédiatement, il s'agit alors d'un problème de latence des serveurs (donc temporaire) et non d'une volonté de modération. 

Depuis le 1er Avril 2009, le Blog Immobilier révélateur de la nature humaine, a reçu:

 visites  !!!

Recherche

Archives