Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 18:02

actualite-1635_0.jpg

Le baromètre du groupe seloger.com conclue ainsi pour le mois d’Août 2011 :

Ralentissement des prix de l’immobilier en France

« La baisse des prix de l’immobilier affichés en agences amorcée au mois de Juillet ne se confirme pas encore totalement au mois d’Août. Nous assistons malgré tout à un ralentissement marqué de la hausse des prix qui devrait s’accélérer dans les prochains mois.
Le contexte économique incertain et la hausse des taux d’intérêts provoquent une situation d’attente pour les acheteurs. Les vendeurs vont devoir réduire leurs exigences, au risque de voir le marché se gripper. »


Mais encore rien dans la presse à ce jour de vraiment concret. En effet, la communication des chiffres notariaux présentent un retard minimal de 6 mois par rapport aux dernières ventes enregistrées. Il n’est donc pas facile pour les observateurs (les médias) qui ne sont pas acteurs (comprenez "les mains dans le cambouis") de tirer des conclusions claires.


Pourtant, le marché immobilier vient d’entrer dans un  cycle baissier, même si les signes annonciateurs de ce changement sont encore ténus. La réalité du terrain l’atteste pourtant :

-        Le nombre journalier de consultations internet est inférieur en ce qui concerne mon agence de -15% par rapport à l’année dernière

-        Le nombre d’appels entrants a également baissé, de l’ordre environ de -15%

-        Par conséquent, les demandes de visite suivent le mouvement descendant : seulement 15 à 17 visites par semaine par commercial depuis le début Septembre (hors RDV estimation de bien, prise de mandat ou découverte de la recherche d’un client)

-        Les ventes se font toujours à rythme régulier (le marché n’est pas grippé) mais les prix de vente réels affichent sur ma région une baisse faible mais sensible (de l’ordre de -1 à -2% sur les 3 derniers mois).


Plus significatifs encore les témoignages récoltés sur le terrain de la part de quelques acteurs immobiliers de mon secteur :

-        Une agence confrère, très sérieuse et à très bonne réputation, présente des résultats commerciaux baissiers sur son exercice 2011 vs exercice 2010 sur un nombre de mois identiques : d’après son responsable d’agence qui ne manie pas la langue de bois et n’essaie pas de gonfler ses chiffres pour écœurer ses concurrents, son agence, pourtant dirigée d’une main de maître, pâtit d’un manque à gagner de l’ordre de 100 000 euros HT  (soit -15% par rapport à l’année dernière) , le tout pour une présence terrain en heures identiques.

-        Un très bon diagnostiqueur, parfaitement établi depuis de nombreuses années sur la région, et recommandé par tous les notaires locaux, m’a confié ne pas avoir réalisé beaucoup de diagnostics depuis le 15 Août 2011. Cela l’inquiète particulièrement d’ailleurs, car si son activité poursuit sur la lancée des 3 dernières semaines, il m’indique qu’il devra rapidement licencier. Certes, la problématique des diagnostiqueurs est différente  de celle des agences : en effet, l’avènement du DPE, rendu obligatoire dès la mise en vente, a provoqué un effet « avalanche » : les vendeurs ont été contraints de faire réaliser récemment, et dans l’urgence, leurs diagnostics, le tout sur une période réduite. Quasiment tout le marché s’est à présent conformé à cette directive : la vague des demandes est donc passée.  Il ne reste plus que le creux, c’est à dire le petit marché des nouveaux biens (ceux qui apparaissent sur le marché pour la première fois) pour faire vivre les diagnostiqueurs à présent.

-        Mais ce marché des « nouveaux biens » s’amenuise : dans mon agence, quelques vendeurs ont déjà retiré leur bien de la vente depuis l’annonce de la réforme fiscale concernant les résidences secondaires ou investissements locatifs. Etre taxé à hauteur d’un tiers de la plus-value les détourne de leur projet de vente, alors que beaucoup étaient exonérés jusqu’à présent du fait de la période de détention supérieure généralement à 15 ans (ndlr : à présent, il faut détenir un bien plus de 30 ans pour ne pas être redevable de l’imposition sur la plus-value). La baisse de régime chez les diagnostiqueurs s’explique donc aussi partiellement par le fait que beaucoup propriétaires vendeurs de résidences secondaires (ou locatives) décident tout simplement de ne pas mettre en vente. Le portefeuille de biens à la vente s’amoindrie. Le choix pour les acquéreurs aussi, mais comme le nombre de ces derniers décroit également, nous pouvons donc nous préparer une baisse significative des volumes de ventes sur les mois à venir. La baisse de prix est toujours précédée d’une baisse des volumes. Par conséquent, il est aisé de déduire que les prix commenceront leur réelle décrue dans quelques mois, surtout en période électorale.


Malgré ces constatations communiquées largement auprès de ma petite clientèle, il faut savoir que les vendeurs restent à ce jour fermement campés sur leurs positions et ne comptent absolument pas bouger leur prix d’un iota.

-        Appelée par un propriétaire pour évaluer sa maison au cœur du quartier Minimes de Toulouse, j’annonce un prix déjà élevé de 650 000 euros FAI pour le bien, certes séduisant (maison 1930 à « rafraîchir » (lire « déco et électricité à refaire entièrement ») , avec jardin « intime » (lire « riquiqui ») et garage non-attenant( lire « à Pétaouchnok »), bas de plafond (lire « Mini et Smart only »)), je m’entends répliquer « Vous rigolez ? Nous affichons cette maison à 1 150 000 euros FAI dans plusieurs agences ». Sonnée par le prix annoncé, j’ai donc dû très rapidement retrouver mes sens et la direction de la sortie si je voulais éviter d’être physiquement apostrophée. Vous comprendrez donc aisément que je n’aurai pas mon mandat, mais qu’à ce tarif, le vendeur est parti pour 8 ans de vente.

-        Autre cas de figure qui risque de se généraliser en marché baissier : toujours en rendez-vous estimation en grande région toulousaine, j’annonce un prix de 500 000 euros FAI maximum pour une grande maison superbement restaurée et décorée. Pour réponse, le propriétaire me présente son acte de vente et ses factures travaux. Bilan : un coût de revient de 652 000 euros (prix d’achat réel 400 000 euros, travaux 200 000 euros. Frais de notaire : 27 000 euros). Si vente à 500 000 euros FAI (soit 475 000 euros nets vendeur), ce propriétaire perdra au bas mot 152 000 euros ! Vous comprendrez donc aisément qu’il n’en ait pas question pour lui. Le mandat ne sera donc pas obtenu ou alors placé dans une autre agence au prix de revient (soit 652 000 euros nets vendeurs). Dans ce dossier aussi, la vente risque de traîner un temps certain…


Scenario le plus probable pour les mois à venir

J’envisage donc l’année 2012 selon un scenario assez commun : le temps que les vendeurs acceptent de revoir leurs prétentions à la baisse, le marché commencera à se gripper. Au bout de plusieurs mois, les ventes dites « de contrainte » seront baissées en terme de prix, les ventes « de confort » seront retirées du marché. Nous aboutirons certainement alors à un marché qui présentera moins d’offres, mais à des prix plus attractifs, pour un nombre réduit d’acquéreurs mais enfin solvables. Le volume des transactions repartira enfin, mais à mon sens, pas les prix, surtout si les taux d’intérêt repartent à la hausse. Je n’évoque pas non plus l’éventuelle perte de la note AAA pour la France qui pourrait alors précipiter le marché dans un violent cycle baissier.

La question pour les professionnels de l’immobilier sera alors : comment tenir si la période de grippage dure trop longtemps ?


Partager cet article

Repost 0

commentaires

investimmo-autrement 08/06/2015 09:39

Devant les abus de certaines agences immobilières (autant en terme de compétences que tarifaire).


Il peut être tentant de trouver soi-même un bien immobilier pour en faire l'acquisition.


L'article ci-dessous vous présente une méthodologie pour trouver un bien sans passer par l'agence immobilière :


http://investimmo-autrement.fr/trouver-un-bien-sans-passer-par-lagence/


Bonne chance dans vos recherches !

Vente immobilière 01/08/2012 13:47

Si on veut faire une comparaison entre l'année passée et la même période de cet année-ci on peut parler sans aucun doute d'une augmentation significative des prix dans le domaine immobilier, on
peut dire même exagérée de certains immeubles.

jattendspouracheter 26/04/2012 20:37

Bonjour, bientôt 8 mois depuis votre dernier article... J'avoue que je suis assez impatient d'en savoir plus sur la façon dont vous avez vécu la dernière période: ressentez-vous également le
blocage du marché? comment réagissent vos vendeurs? Cordialement

gilles 16/01/2012 17:42

"Je n’évoque pas non plus l’éventuelle perte de la note AAA pour la France qui pourrait alors précipiter le marché dans un violent cycle baissier."

Janvier 2012 : Voilà, S&P a rabaissé la note de la France à AA+...

J'espère que votre pronostique d'août 2011 sera vérifié :-)

tilley 11/01/2012 19:22

Bonjour,
Votre blog est souvent amusant, très réaliste mais parfois exaspérant.
Petit exemple : Vous suggérez que nous devrions nous incliner devant la grande sagesse des notaires.
La recommendation d'un diagnostiqueur par un notaire n'est en rien un gage de serieux, simplement qu'il est plus copain avec les notaires que les autres parcequ'il fait pârtie de leur microcosme ou
parce qu'il les traite bien. Je vous rappelle que les notaires sont des concurrents réels ou en devenir, suivant les régions, au même titre que les optimhomes&co et autres particuliers. Ils
n'ont absolument aucun respect pour nous malgré leur comportement -intéréssé- à notre encontre.
Agent immobilier en Lot et Garonne, adhérent du SIA, je ne peux que vous recommander de vous affilier à un groupement d'agences ou d'en créer un : le résultat est que l'on travaille non seulement
des exclus mais également des simples parcequ'on crée une confiance et une convivialité entre agences qui déborde largement le cadre des mandats exclusifs. C'est de cette facon que nous lutterons
le plus efficacement contre nos concurrents à mon avis.
Merci en tous cas pour ce blog, très rafraichissant

Présentation

  • : La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • La Triste vie quotidienne d'un agent immobilier: découvrir le métier sous ses facettes les moins reluisantes
  • : Lassée par les méthodes douteuses des professionnels de l'immobilier (dont je fais partie), ainsi que des différents intervenants du marché, je profite de ce blog pour communiquer sur le quotidien, méconnu, souvent "fantasmé" des agents immobiliers.
  • Contact

Le million ! Le million !


N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter afin que la parution de chaque nouvel article vous soit signalée !


Aucun commentaire posté n'a été supprimé de ce blog (sauf si envoi en double par erreur) afin  de privilégier le débat. Par conséquent, si votre commentaire n'apparait pas immédiatement, il s'agit alors d'un problème de latence des serveurs (donc temporaire) et non d'une volonté de modération. 

Depuis le 1er Avril 2009, le Blog Immobilier révélateur de la nature humaine, a reçu:

 visites  !!!

Recherche

Archives